Inscription, affiliation et formation : la métaphore du voilier engagé dans une course et utilisant un phare pour s’orienter dans la nuit

Je souhaite évoquer la métaphore du voiler, guidé dans sa course nocturne par un phare, pour interroger les enjeux de la notion d’inscription.  

Le voilier y représente le dispositif de formation et son équipage le groupe qui y évolue, le phare n’est autre que le responsable de formation. La personne qui oriente l’équipage est le skipper.

L’occupation de la fonction de skipper ne peut toutefois être circonscrite à une personne. Dans un dispositif de formation, deux personnes me semblent  assurer cette fonction, en alternance et de manière croisées :

  • L’un est un skipper permanent qui œuvre uniquement en interface sur l’ensemble du parcours de formation,  à savoir la personne qui a acceptée momentanément d’être le porte-parole du groupe, après avoir été reconnu comme représentant de la parole et des questionnements de ses pairs (le délégué de promotion). Cette reconnaissance lui a été accordée en raison de sa popularité au sein du groupe et  très certainement des connaissances dont il sait se prévaloir. Il rassure, stimule, contient les peurs, permet à chacun de garder le cap ;
  • L’autre, assurant la fonction de skipper ponctuel, est occupée à tour de rôle par les  formateurs qui  composent l’équipe pédagogique et interviennent chacun sur des thématiques singulières. Chaque formateur a en charge de transmettre des connaissances, s’assurer de leur compréhension, conduire leur appropriation, diffuser des outils  qui vont permettre à chaque apprenant d’interroger et de développer ses pratiques.

Le phare représente, quant à lui,  la boussole des  skippers (formateur et/ou porte-parole du groupe). Dans le cadre d’un dispositif de formation, le phare est  le responsable de formation. Sa fonction est de donner au groupe, à ses/son représentant et aux formateurs les repères qui leur permettront :

  • de décrypter le dispositif de formation dont les apprenants doivent saisir les enjeux, les tenants et les aboutissants au-delà de leurs représentations initiales et de leurs croyances.
  • de s’orienter pour atteindre l’objectif fixé.

S’il m’est venue l’idée de transposer cette image à un dispositif de formation, c’est parce :

  1. J’envisage un dispositif de formation comme un système. Un système étant une structure organisée composée d’acteurs liés entre eux par des relations telles que si l’un est modifié, les autres le sont aussi et que par conséquent, tout l’ensemble est transformé (Ludwig Von Bertalanfly[1]). 

En outre, les acteurs de tout système ont pour vocation d’atteindre un but commun (Plane-2012). Aussi, les relations d’interdépendance et/ou d’interaction qu’ils entretiennent engage à les considérer comme des parties prenantes. Les parties prenantes sont selon Sandra Bertezene et David Vallat des entités ou des personnes « sur laquelle les activités, les produits et services de l’organisation peuvent légitimement avoir un impact substantiel et dont les actions sont assez susceptibles d’influencer la capacité de l’organisation à mettre en œuvre ses stratégies et à atteindre ses objectifs avec succès [2]».

  • la notion d’inscription me semble revêtir plusieurs dimensions :
  • La première est fonctionnelle

Elle caractérise l’action d’inscrire dans (en référence au verbe inscrire[3]), d’inclure une chose dans une autre[4], d’orienter (indication, commémoration, donner à voir/rendre visible/ annoncer / donner un avis)[5].

  • la seconde spatiale

Autorise la définition d’un territoire – Le corps est espace (Guy De Méo)[6]

  • La troisième temporelle

Elle autorise à inscrire quelque chose ou quelqu’un  dans le temps, elle engage une continuité de  sens. Ainsi pour Ricoeur, « le se-reconnaître-dans contribue au se-reconnaître-à.[7] »

En outre, il nous faut considérer que toute personne qui souhaite entrer dans un dispositif de formation, comme celle qui souhaite faire partie d’un équipage, doit faire acte d’inscription au dispositif convoité afin de disposer du droit d’engager  le processus de formation qu’elle convoite pour l’une, d’être autorisée à concourir pour l’autre.  Mais, pour l’une comme pour l’autre, seule la validation de la demande entraînera la reconnaissance de l’inscription.  Elle caractérise la dimension fonctionnelle de l’inscription et renvoie, dès lors qu’elle est validée, à l’un des processus de l’inscription évoqué par Denise Jodelet (2008), celui de l’appartenance sociale dont elle autorise l’enclenchement. Cette appartenance se conjugue sur 4 niveaux :

– la place occupée dans la structure sociale et la position occupée dans les rapports sociaux

– l’insertion dans de le groupe social et culturel

– le contexte de vie où se déroulent les interactions sociales

– l’espace social et public.

Cette première inscription actée, chacune des personnes engagées dans le processus de formation (ou faisant partie de l’équipage du bateau de course) va être amenée à intégrer un groupe et de ce fait être conduite à participer à un réseau d’interactions sociales (second processus de l’inscription selon Jodelet-2008).

Néanmoins toutes les personnes intégrant un nouveau groupe ne partagent pas d’emblée et forcément les mêmes représentations sociales, ni les même valeurs.

Dans les deux situations évoquées (dispositif de formation, équipage d’un voilier), le nouvel arrivant va être amené à interroger ses représentations, ses valeurs ainsi que ses règles de vie et d’action, ainsi de se définir un nouveau territoire (dimension spatiale de l’inscription).

Mais, dans les deux cas la finalité de l’inscription est identique à savoir atteindre les objectifs fixés par la première inscription, ainsi obtenir un diplôme ou une certification afin de trouver sa voie professionnelle pour  les personnes entrées en formation, gagner une course pour les autres.

Les deux processus d’inscription proposés par Denise Jodelet me paraissent là encore convoquer un processus de socialisation professionnelle. Un tel processus caractérise selon Robert Merton, cité par Bourdoncle (2000), un «processus par lequel les gens acquièrent sélectivement les valeurs et les attitudes, les intérêts, les capacités et savoirs, bref la culture qui a cours dans les groupes dont ils sont ou cherchent à devenir membres ».

Selon Hughes, un tel processus est tout « à la fois une initiation, au sens ethnologique, à la culture professionnelle et une conversion, au sens religieux, de l’individu à une nouvelle conception de soi et du monde,  bref à une nouvelle identité » (cité par Bourdoncle-2000). Il se décompose en 3 mouvements:

  • Le premier, le passage à travers le miroir,
  • Le deuxième, l’installation dans la dualité,
  • Le troisième, la conversion ultime.

La double inscription que je pressens, évoquée par la métaphore du voilier qui s’oriente dans la nuit grâce à un phare et nécessitée par tout processus de socialisation, me semble proposer aux personnes engagées dans un processus de formation, comme aux membres de l’équipage engagé dans une course,  deux types d’affiliation autorisant à une nouvelle définition de soi.

Par affiliation j’entends, à la suite de Jean-François René et Michelle Duval, « un processus de réappropriation de qui l’on est, d’où l’on vient, de ce que l’on a fait »[8] dans un contexte balayé par des vents déstabilisants. Ce processus de réappropriation est essentiel dans le contexte particulier d’un dispositif de formation, puisque « l’affiliation participe également d’un processus de mise en lien, de recherche « de nouvelles formes de socialité et, par là même, de nouveaux appuis sociaux de l’existence»[9]. Et cela me semble d’autant plus nécessaire que les apprenants sont confrontés, en raison de leur entrée en formation, à un conflit sociocognitif  qui  va les amener à opérer des transactions subjective et objective  afin de réajuster leur identité sociale (l’articulation des deux transactions étant la clé du processus de construction des identités sociales (Dubar – 1996)). Cela n’est peut-être pas très éloigné de la problématique d’une personne intégrant un équipage engagé dans une compétition, soumis lui également à la révision de son identité sociale. La construction identitaire étant un processus qui se poursuit tout au long du parcours biographique de chacun.

Il me semble ainsi que le processus d’affiliation va permettre aux deux types de protagonistes de développer la dimension temporelle de l’inscription et lui donner sens au long terme.

En ce sens l’inscription convoque trois niveaux  à même d’engager des transactions, subjective et objective, favorables à un processus de socialisation (dans l’exemple sur lequel nous prend appui, la socialisation professionnelle) – mise en tension de ces trois niveaux :

  1. Au niveau de l’individu : inscription dans la psyché d’un individu de représentations (Jodelet-Moscovici)

Serge Moscovici nous dit que les représentations sont «  des  systèmes  de  valeurs , des  idées , et  des  pratiques  dont  la  fonction  est  double :

  • en  premier  lieu, établir  un  ordre  qui  permettra  aux  individus  de  s’orienter  et  de  maîtriser  leur  environnement  matériel,
  • ensuite  faciliter  la  communication  entre  les  membres  d’une  communauté  en  leur  procurant  un  code  pour  désigner  et  classifier  les  différents  aspects  de  leur  monde  et  de  leur  histoire  individuelle  et  de  groupe » .[10]

Denise  Jodelet (1988), précise qu’en a elle, que la  représentation  sociale  « est une  forme  de  connaissance, socialement  élaborée  et  partagée, ayant  une  visée  pratique  et  concourant  à  la  construction  d’une  réalité  commune  à  un  ensemble  social ».[11]

Pour Abric (1987), la représentation sociale est « le produit et le processus  d’une activité mentale par laquelle un individu ou un groupe reconstitue le réel auquel il est confronté et lui attribue une signification spécifique ».

Pour Pierre Mannoni (1987)[12], les représentations sociales régissent les problèmes d’identité et d’appartenance groupale, de mentalité et de pratiques sociales.

 Ce premier niveau d’inscription :

  •  permet l’élaboration d’une « identité pour soi » (processus biographique) qui équivaut à une transaction que tout individu effectue subjectivement entre les identités qu’il a héritées et les identités qu’il vise.[13]

Par ce biais tout individu tente d’assimiler l’identité qu’il vise (pour soi) à celles qu’il a héritées (identité pour autrui des groupes précédents) / deux possibles aboutissements, la continuité ou la rupture.

  • permet l’ingestion d’une culture et des rapports de domination qui l’accompagne

Selon Danielo Martucelli, l’inscription subjective de la domination souligne, dans sa première forme normative, un  assujettissement. Elle consiste à faire  « entrer de manière plus ou moins durable quelque chose – une pratique ou une représentation – dans l’esprit ou les dispositions corporelles de quelqu’un », ainsi des « disciplines » et des « modèles identitaires » [14],  soit un ensemble de dispositifs culturels typiques du groupe que l’on souhaite intégré ou  celui que l’on est conduit à intégrer. 

  • Au niveau du groupe  – inscription objective (en rapport avec la « trans-subjectivité » de D. Jodelet, et le « trans-personnel » d’Yves Clot (2007, 2011), second niveau d’inscription permet :
  • L’élaboration de l’identité pour autrui.

L’élaboration d’une telle identité est amorcée dans un processus relationnel, systémique et communicationnel.

Cette identité pour autrui caractérise un processus de transaction objective  entre les identités attribuées/proposées et les identités assumées/incorporées.

« La transaction objective est d’abord celle qui s’organise autour de la reconnaissance et de la non-reconnaissance des compétences, des savoirs et des images de soi qui constituent les noyaux durs des identités revendiquées »[15].

De type externe :

  • elle se réalise entre individu et des autruis significatifs
  • elle vise à accommoder l’identité pour soi à l’identité pour autrui

Deux aboutissements possibles : la reconnaissance ou la non-reconnaissance de l’identité revendiquée.

Deux types d’espace d’investissement de soi (l’individu + le groupe)

Attribution de l’identité  s’effectue par les institutions et les agents directement en interaction avec l’individu[16]

  • l’Expérimentation de la culture spécifique du corps professionnel convoité

L’inscription de représentations dans la psyché d’un individu permet de donner forme et sens aux valeurs et pratiques  qui seront mises en actes dans les relations avec le groupe et le réseau permettant ainsi d’expérimenter les modèles transmis.

Denise  Jodelet (1988), énonce que la  représentation  sociale  est une  forme  de  connaissance, socialement  élaborée  et  partagée, ayant  une  visée  pratique  et  concourant  à  la  construction  d’une  réalité  commune  à  un  ensemble  social.[17]

  • L’organisation des modalités de mise en relations[18] – Inscription dans un processus relationnel / liens opératoires
  • Au niveau des organisations
  • Permet l’élaboration de dispositifs culturels  susceptibles de diffuser les règles du jeu du groupe et de conforter sa puissance.
  • Définit un espace structuré dans lequel l’inscription peut prendre forme, tout en précisant ces contours et ses contenus.
  • Conduit l’identification des relations de pouvoir dans un espace de reconnaissance identitaire

Sainsaulieu  fait « l’hypothèse que l’investissement privilégié dans un espace de reconnaissance identitaire dépend étroitement de la nature des relations de pouvoir dans cet espace et de la place qu’y occupe l’individu et son groupe d’appartenance »[19].

  • Conduit l’inscription dans un rôle d’acteur agissant/ position active (responsabilisation)

Selon Danielo Martucelli, l’un des mécanismes de l’inscription subjective de la domination consiste à «conduire l’individu à se sentir, toujours et partout responsable non seulement de ce qu’il fait (notion de responsabilité), mais également de tout ce qu’il lui arrive (principe de responsabilisation)»[20] 

Pour ne pas conclure, il m’apparaît que la question de l’inscription ne peut être dissociée de celle de l’appartenance. La dimension  « groupe » me semblant  être une donnée essentielle parce qu’interdépendante de celle de la reconnaissance.


Notes

[1] In Donnadieu Gérard, Durand Daniel, Neel Danièle, Nunez Emmanuel, Saint-Paul Lionel – L’Approche systémique : de quoi s’agit-il ? – Synthèse des travaux du Groupe AFSCET- ” Diffusion de la pensée systémique – 11p

[2] Sandra Bertezene et David Vallat, Manager dans un environnement complexe – Le cas du secteur social et médico-social français, 2015, Ed EMS Management et société, coll. Questions de société, 255p, p 174

[3] https://www.littre.org/definition/inscrire

[4] http://www.cnrtl.fr/definition/inscription – point II

[5] http://www.cnrtl.fr/definition/inscription – point B

[6] Guy Di Méo. Identités et territoires : des rapports accentués en milieu urbain ?. Métropoles, ENTPE, 2007, pp.1-14. <halshs-00281928>

[7]Ricoeur, Soi-même comme un autre. Paris, Seuil, 1990, p.146

[8]Jean-François René et Michelle Duval, « Les pratiques d’affiliation dans les Auberges du cœur au Québec : partir de soi pour s’inscrire dans le monde », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n° 6 | Automne 2008, mis en ligne le 15 octobre 2009, consulté le 01 octobre 2016. URL : http:// sejed.revues.org/3742 — p 4

[9] Jean-François René et Michelle Duval, « Les pratiques d’affiliation dans les Auberges du cœur au Québec : partir de soi pour s’inscrire dans le monde », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n° 6 | Automne 2008, mis en ligne le 15 octobre 2009, consulté le 01 octobre 2016. URL : http:// sejed.revues.org/3742 — p 5

[10] Moscovici (Serge)  – in  Représentations  sociales  De  Denise  Jodelet – p 263

[11] Jodelet, D., sous  la  direction  de,  (1997), Les  représentations, Puf, Vendôme, Collection  « Sociologie  D’aujourd’hui », p 53.

[12] Mannoni Pierre – Les représentations sociales – Que sais-je – PUF mai 1998 – 126p

[13] Cl. Dubar – La socialisation, construction des identités sociales et professionnelles – Armand Colin- 11.1996 – 276p – p114

[14] Danielo Martucelli, « Figures de la domination », Revue française de sociologie 2004/3 (Vol. 45), p. 469-497.- DOI 10.3917/rfs.453.0469

[15] Cl. Dubar – La socialisation, construction des identités sociales et professionnelles – Armand Colin- 11.1996 – 276p – P126

[16] Cl. Dubar – La socialisation, construction des identités sociales et professionnelles – Armand Colin- 11.1996 – 276p – p p113

[17] Jodelet, D., sous  la  direction  de,  (1997), Les  représentations, Puf, Vendôme, Collection  « Sociologie  D’aujourd’hui », p 53.

[18]In Kaufmann Jean-Claude. Vie hors couple, isolement et lien social : figures de l’inscription relationnelle ; Revue française de sociologie, 1994, 35-4. Monde étudiant et monde scolaire. pp. 593-617; http://www.persee.fr/doc/rfsoc_0035-2969_1994_num_35_4_4356

[19] Cl. Dubar – La socialisation, construction des identités sociales et professionnelles – Armand Colin- 11.1996 – 276p – p p125

[20] Danielo Martucelli, « Figures de la domination », Revue française de sociologie 2004/3 (Vol. 45), p. 469-497.- DOI 10.3917/rfs.453.0469





Citer ce billet
anneissemann (2019, 8 avril). Inscription, affiliation et formation : la métaphore du voilier engagé dans une course et utilisant un phare pour s’orienter dans la nuit. Villa Scriptum - Faire exister une métaphore. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qd3u

anneissemann

Ma biographie professionnelle à l’origine de mes questionnements Éducatrice et sociologue, chercheuse associée en sciences de l’éducation parce que passionnée de pédagogie, les problématiques liées à la formation tout au long de la vie sont de longue date au cœur de mes préoccupations tout comme l’accompagnement au changement des Établissements et Services Sociaux et Médico-Sociaux (ESSMS). Mon périmètre d’action : les organisations du champ de l’intervention sociale tous secteurs confondus, leurs salariés et les personnes qu'ils accompagnent. Ma pratique heuristique et mon expérience professionnelle m’ont conduite à penser que :  Pour les salariés du champ Tout projet de formation ou de reconversion nécessite d’engager un nouveau processus de socialisation professionnelle. Pourquoi ? Parce que la personne sera amenée au cours de son parcours à interroger ses valeurs, les représentations qu’elle a d’elle-même, de son ancrage social, du monde qui l’entoure ainsi que de ses pratiques. Un tel parcours est semé d’embûches, la personne étant amenée à se redéfinir, à se réinventer. Aussi, afin qu’elle puisse mener à bien son projet, il est essentiel que les moyens lui soient donné pour qu’elle puisse s’inscrire dans un réseau relationnel lui assurant reconnaissance et appartenance. Une modélisation spécifique de son parcours de formation conjugué à un accompagnement adapté, tout en favorisant son inscription dans un nouveau corps social, donnera sens au processus de socialisation professionnelle convoqué et contribuera à son enclenchement. Ayant expérimenté et vérifié ces postulats dans divers univers : la formation des assistants maternels, les classes de première et terminale de Bac Pro Services de Proximité et Vie Locale, la formation des cadres intermédiaires et des cadres de direction de l’intervention sociale et des coordinateurs, des étudiants en sciences de l’éducation.  Pour les personnes accompagnées, fragilisées à titres divers par la vie : de soutenir leur autonomie, en interrogeant les enjeux de ce soutien ainsi que ses tenants et ses aboutissants, pour eux-mêmes et la société dans laquelle ils vivent.  Pour les organisations du champ de l’intervention sociale L’occupation de trois postes au cours de mon parcours (coordinatrice d’un projet de recherche-action dans le secteur du handicap, chargée de mission en protection de l’enfance, chef de projet en accompagnement du changement auprès des ESSMS) m’ont conduite à penser que la technique de la formation-action était favorable à des changements pérennes au sein des établissements parce qu’elle contribuait à la mise en place d’une organisation apprenante. Par ailleurs, alternant diffusion de connaissances et interrogation du réel, elle est source de motivation pour les personnels qui y sont engagés. Pourquoi ? Parce qu’ils apprennent en analysant et en résolvant les problèmes auxquels ils sont confrontés, tout en interrogeant l’organisation que sous-tend la résolution des problèmes rencontrés. Allier recherche et action sur le terrain, dans les trois domaines cités, me permet de conserver ma pratique « vivante » : de la réinterroger et de l’affiner en la partageant.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Chère Anne, merci pour ce billet très riche, qui me donne beaucoup de manière à penser. Je n’écris pas encore, mais ce qui me travaille actuellement c’est le lien entre se situer, s’ancrer, s’incrire, et la possibilité d’une dynamique individuelle et collective au sein d’un groupe (de formation) et/ou la possibilité d’une projection (en tant qu’élan, désir, et mouvement) individuelle (et collective) dans un métier, un projet, une identité professionnelle, etc. A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search