Billet Stéphane Guillon

La notion d’inscription m’est tout de suite apparue dans sa double acception de ce qui est écrit pour être conservé (la devise républicaine est inscrite aux frontons des mairies pour ne pas être oubliée) mais également comme immatriculation dans un registre (les étudiants s’inscrivent pour avoir le droit de passer les épreuves qui donneront éventuellement accès à la diplomation). Dans mon activité de chercheur, je pourrais trouver un intérêt à introduire cette notion dans mon appareillage conceptuel si l’on questionne l’effort cognitif dans la récupération des traces mnésiques (Croisile, 2009) de l’activité professionnelle et la mise en mots, par exemple pour la démarche VAE ou plus simplement pour la réalisation d’un curriculum vitae, dans la narration de soi qui peut être ressentie comme une épreuve ou une « mise à l’épreuve » (Danvers, 2014) dans un espace social classant : le système éducatif, le monde économique.

La nécessité pour l’individu d’inscrire les traces de son parcours professionnel, de son niveau de qualification, de son portefeuilles de compétences, de ses performances par le biais de certifications et de s’inscrire dans une démarche de diplomation, de compétition, de classement peut renvoyer par exemple à la théorie du signalement (Spence, 1973) qui pose la question de la force des signaux dans les mécanismes d’allocation de la main d’œuvre sur les différents marchés du travail mais qui pose aussi la question du poids des acteurs liés aux fonctions de conseil, d’accompagnement, d’évaluation et de certification.

Je formule alors plusieurs questions :

Comment outiller l’individu pour qu’il soit en mesure tout au long de la vie de récupérer les traces (travail sur la mémoire épisodique) de ses différentes expériences professionnelles, d’identifier ce qui doit être inscrit (et qualifié) et ce qui ne doit pas l’être (déqualifié) ?

Quels dispositifs de conseil, d’accompagnement, de formation, de coaching pourraient permettre d’inscrire l’individu dans une démarche de reconnaissance et de valorisation des traces utiles à son projet ?

Comment évaluer la véracité des traces inscrites par l’individu, des traces qui peuvent n’être que du discours ou de l’imaginaire ? Comment rendre possibles la qualification voire la certification a posteriori en dehors de l’analyse d’un discours et d’un rapprochement avec des référentiels ?

Les traces inscrites sont-elles des preuves ?

En résumé, l’individu s’inscrit dans une démarche de production de traces pour rendre visibles certains signaux favorables à l’amélioration de son positionnement dans différents espaces sociaux. Mais il est en déficit d’informations concernant le choix des traces à produire, la manière dont il doit exprimer ces traces et le processus de transformation des traces en signaux.

Croisile B. (2009). Tout sur la mémoire. Paris : Odile Jacob.

Danvers F. (2014). « L’injonction biographique dans la VAE : Considérations autour de la mise à l’épreuve de soi comme acte de formation. » In I. Houot (dir.). Expression et certification des acquis de l’expérience : bilan et perspective. Recherches et Éducations 10, p. 47-60.

Spence M. (1973). “Job Market Signaling.” The Quarterly Journal of Economics, Vol. 87, N° 3, p. 355-374.

État d’avancement axe expérience

Texte en cours d’écriture, nécessitant encore quelques allers- retours. Mais déjà l’idée est là pour permettre une opinion. (Rodrigue et Vivien)

Et si l’on considérait l’expérience comme l’inscription d’une trace qui perdure dans l’individu au-delà de l’action qui l’a engendré ? L’expérience serait alors l’action d’inscrire. Or inscrire dérive du latin Inscribere, composé de scribere « action d’inscrire ou ce qui est inscrit » et In signifiant « dans » (CNRTL). Mais ne pourrait-on y voir In scribere, où le In serait celui de l’absence ? Autrement dit ce qui n’est pas inscrit ! La prise en compte simultanée de ces deux étymologies ferait écho à un mode d’être au monde dans laquelle l’inscription serait appréhender comme une expérience vive (Gens, 2009) de l’homme tout entier ? Soit une expérience non mutilée (Dilthey, 1992) de l’humain qui prendrait en compte cette proposition d’ambivalence sémantique, à la manière d’une sorte de va-et-vient dynamique entre deux pôles majeurs, celui du non inscrit, correspondant à la part de l’insondable, de l’inscrutable, de l’inanticipable et de l’informel de l’expérience ; et ensuite celui de l’inscrit, qui constitue le pôle du sensible, du perceptible et du formel, à travers les traces de l’expérience matérialisées, et matérialisables dans l’individu.
Continuer la lecture

Inscription et formation : ce que peut l’écriture

Parmi les traces, celles associées à l’écrit (en tant que produit matériel et signifiant) et l’écriture (en tant que déclinaison dans la matérialité de la trace scripturale d’une intention signifiante, et donc en tant qu’activité) sont particulièrement importantes dans l’activité et la formation professionnelle et plus largement dans tout processus d’apprentissage et d’éducation.

Si l’écrit en tant que trace et inscription est le fruit d’une activité antérieure d’un scripteur qui en est à l’origine, il faut nous demander s’il n’est pas lui-même la source d’une activité singulière. L’œuvre dit toujours plus que ce que l’auteur a voulu y mettre, tout comme des productions de qualité médiocre, tout au contraire, semblent en dire moins. Mais dans tous les cas, l’écrit dit immanquablement autre chose que ce que le scripteur avait en vue. L’écrit aurait alors le rôle d’un véritable actant si l’on suit les réflexions de Bruno Latour sur les actants humains et non humain. L’écrit dans sa double nature de trace et d’inscription déploierait une activité propre, ce qui ouvre une perspective singulière sur les processus éducatifs et formatifs associés à l’écrit et l’écriture : journal de formation, champ de la biographisation et de l’autobiographisation, écrits divers associés aux projets professionnels, écrits professionnels, écrits à visée formative, etc. Activité propre du fait d’une capacité singulière des écrits – entendus comme trace et inscriptions – à affecter les individus. Activité propre associant intentions du scripteur ou du lecteur et débordement de la trace et de l’inscription. Activité propre qui se déploie lors de l’écriture (où un régime de pensée doit affronter les exigences de la matérialité de l’inscription et de la trace) et lors de la réception du texte (où les inscriptions et les traces activent des régimes de pensée invariablement différents). A partir de là, plusieurs champs sont ici ouverts qui interrogent la capacité de rendre compte par écrit d’un savoir ou d’une pensée intérieure, transmission d’une pensée et d’un savoir en acte par la médiation de l’écrit ; se rapporter à son « propre » texte lorsque celui-ci semble finalement nous échapper ; comprendre un écrit pris entre trace et inscriptions ; etc. Continuer la lecture

Quels liens peut-on faire entre activité, inscription et formation ?

Quels liens peut-on faire entre activité, inscription et formation ? Comprendre ces liens demande de passer par la notion de trace.

Nous partons de l’idée que toute activité se déploie dans la concrétude du monde sans pour autant se réduire et donc se confondre avec les effets produits par cette activité sur le monde lui-même. Ces effets sont multiples et peuvent s’entendre de manière générale comme des traces.

Or, on peut convenir que toutes les traces ne sont pas équivalentes. Si certaines semblent liées de manière accidentelle ou fortuite à l’activité, d’autres lui semblent associées de manière significatives : elles traduisent des effets organisés de l’activité dans le monde où cette dernière se déploie. Certaines traces sont ainsi en écho d’une organisation de l’activité qui les génèrent. Dans ce cas, nous proposons de parler d’inscription. Ce qui ne veut pas dire que l’inscription efface l’idée de la trace. L’inscription est cette dimension significative (et donc rendue significative) de la trace dont les dimensions concrètes, fortuites, accidentelles ou non signifiantes (à un certain moment) perdurent. Continuer la lecture

Inscription

Ce carnet accompagne l’activité de recherche de l’équipe de recherche ATIP (Activité, travail et identité professionnelle) du LISEC (Laboratoire Interuniversitaire des Sciences de l’Éducation et de la Communication), et notamment l’organisation de séminaires, sur la thématique de l' »inscription ». http://www.lisec-recherche.eu//content/activite-travail-et-identite-professionnelle