Deux notions dans la cuisine : le « sentiment d’être pauvre » et la « difficulté d’exister » des jeunes…

Notion 1. Dans la « cuisine » de la Villa Scriptum

Ingrédients de notre « cuisine ». L’occasion de voir « comment l’on pense ». Mettre de « l’inscription » là où ne l’attend pas forcément… À l’occasion de la lecture incidente du journal, lecture à propos de laquelle il est utile de rappeler Hegel pour qui la lecture du journal constitue « une sorte de prière du matin réaliste[1] ».

Au hasard de nos lectures, deux notions à vocation théorique interrogent l’inscription : le « sentiment d’être pauvre » et la « difficulté d’exister » des jeunes…

Sentiment d’être pauvre : un défaut d’inscription ?

Duvoux N. et Papuchon, A. (2018). Qui se sent pauvre en France ? Pauvreté subjective et insécurité. Revue française de sociologie, 4, 607-645.

Entretien de N. Duvoux et A. Papuchon au Mondedu 22/12/18. 

Sentiment de compétence, sentiment d’efficacité personnelle et maintenant sentiment d’être pauvre.  Premier lien établi : le sentiment de pauvreté, c’est la part subjective de l’inscription. Se sentir pauvre, c’est l’expression d’un défaut d’inscription. Dire « je suis pauvre », c’est peut-être dire « je ne suis pas inscrit »… Une façon de saisir le jeu de la subjectivité dans les approches sociologiques ; en quoi elle est constitue le reflet de faits objectifs ou objectivables ; en quoi également elle nourrit les phénomènes sociaux en les chargeant de représentations et de significations vécues.

Cf. Molénat, X. (2019). « Ce diffus sentiment de pauvreté », Alternatives économiques, 386, janvier, p.83. Il présente l’article de Duvoux et Papuchon : une analyse de la notion de sentiment de pauvreté et une synthèse disqualification / désaffiliation. Il relève notamment ceci : la pauvreté ressentie semble se nourrir d’une fragilisation des parcours de vie et d’une absence de perspective d’amélioration de l’existence. À ce titre, elle constitue un « indicateur d’insécurité sociale durable (…) soulignant que la pauvreté en France apparaît de moins en moins comme une chute, et de plus en plus comme une condition ».

Notion 2. La jeunesse et sa « difficulté d’exister » : un problème d’inscription ?

Difficulté à « s’ajuster aux normes » d’autant qu’elles s’avèrent contradictoires

  • entre l’exigence d’indépendance et la prégnance d’un modèle « familial » sur les modes de vie et les politiques sociales
  • entre la construction d’une identité autonome et le besoin de trouver un emploi : « Le deuxième décalage est celui qui s’accroît entre deux injonctions, l’une à “se placer“ et l’autre à “se trouver“ (Informations sociales, 2013)

Une « pression contradictoire : une injonction sociale à la singularisation, à la quête du sens, à la nécessité de se réaliser par son travail.. Et simultanément une injonction à gagner sa vie sur un marché du travail peu favorable aux jeunes diplômés, où l’accès à un certain confort de vie est de plus en plus compliqué » (Le Mondedu 17 janvier 2019).

Van de Velde, C. (2008). Devenir adulte. Sociologie de la jeunesse en Europe, PUF et article dans Informations sociales, 2013, Repenser la jeunesse dans le système de protection sociale, 175, 134-140 (entretien) :

« Deux décalages principaux s’accentuent actuellement entre les politiques menées et les besoins ou les aspirations sociales. Le premier renvoie à la question de l’indépendance. Comme je l’ai déjà mentionné, la réponse politique est beaucoup plus familiale que les aspirations et génère une frustration d’indépendance qui s’accentue après 22-23 ans. (…) Le deuxième décalage est celui qui s’accroît entre deux injonctions, l’une à “se placer“ et l’autre à “se trouver“ ».  

(…) L’Europe « devrait être attentive à donner des impulsions à certains moments des parcours, pour restaurer le sentiment de prise sur sa vie, sentiment qui fait défaut actuellement à des pans entiers de cette génération, que ce soit par des aides directes au logement, à la migration, etc. L’indépendance et la mobilité sont ici les deux enjeux majeurs. » 


[1]Cf. Bienenstock, M. ().  La lecture du journal selon Hegel : “une sorte de prière du matin réaliste“, Archives de philosophie, vol.57, 4, 669-681.



Citer ce billet
Emmanuel TRIBY (2019, 23 janvier). Deux notions dans la cuisine : le « sentiment d’être pauvre » et la « difficulté d’exister » des jeunes…. Villa Scriptum - Faire exister une métaphore. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qd3p

Emmanuel TRIBY

Professeur des Universités Université de Strasbourg - F LISEC EA 2310 Analyse de l'expérience et formation Responsable Master Ingénierie de la Formation et des Compétences

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. “Se sentir pauvre, c’est l’expression d’un défaut d’inscription”
    Quelles sont les situations où il y a dissonance entre le sentiment “d’être inscrit” ou non, d’être riche ou pauvre, et “l’inscription objective” ? Quels effets sur les parcours individuels, quels effets sur les groupes, dispositifs, institutions sources de dissonances ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search