Inscription & pratiques de communication dans l’activité de recherche

Je m’intéresse aux pratiques de recherche d’un point de vue communicationnel, au sein du champ interdisciplinaire des STS (Science and Technological Studies (voir Handbook of Science and Technology Studies, 2017). Je cherche en particulier à explorer les liens implicites et explicites entre l’activité des chercheur.e.s et les modes de construction de connaissances scientifiques.

Les pratiques de communication font partie de l’activité scientifique. Elles en sont à la fois le dehors et le dedans (Le Marec, 2002).

« La vision « STS » du développement des sciences modernes s’est différenciée de la philosophie traditionnelle des sciences en donnant toute son importance au rôle que l’information et la communication ont pu jouer dans ce développement. À tel point que l’on pourrait même considérer que c’est notamment à travers le prisme de l’information et de la communication que les formes spécifiques de l’intérêt « STS » pour les sciences ont le mieux révélé l’originalité de ses perspectives, la diversité de ses investissements et la profondeur de ses résultats. Je donne ici un sens très large aux termes « information » et « communication » en incluant dans le champ sémantique couvert par la conjonction de ces deux termes, les notions de négociation, inscription, publication, diffusion, vulgarisation, etc. », Baudouin Jurdant, 2004

Méthode des “agendas”

Plus précisément, d’un point de vue méthodologique, je cherche dans mes terrains à développer “la mise en œuvre empirique de la réflexivité au moyen d’une approche communicationnelle” (Le Marec, 2002), optant pour un “mode de conceptualisation très progressif de processus complexes, à partir de composites (objets / discours / contextes) sans se fonder sur leur pré-constitution comme objet dans le champ social. Ce mode de conceptualisation aurait quelque chose à voir avec la mise en œuvre empirique du type d’objet proposé par Foucault avec les formations discursives.” (Le Marec, 2002).

C’est ce que j’ai fait dans mon travail de thèse portant notamment sur les discours et traces de l’inscription des doctorants dans l’activité de recherche, et dans leurs contextes situés respectifs. Ce travail m’a permis de développer deux principaux concepts, reliés l’un et l’autre au mouvement réflexif, et que je vais petit à petit essayer de relier à l'”inscription” : l’espace mental de la recherche et le rapport identitaire et culturel aux sciences. Associés à ces deux notions mouvantes, je m’intéresse de plus en plus à la question des traces ordinaires et infra-ordinaires de la pratique de recherche, en tant que lieux d’inscription (et de présence ?) de manières, de style, de formes de la recherche (Macé, 2016 ; Foucault, 1969).

“tracer votre espace mental de la recherche” – dessin d’un.e étudiant.e en biologie moléculaire et cellulaire #1
“tracer votre espace mental de la recherche” – dessin d’un.e étudiant.e en biologie moléculaire et cellulaire #2

J’ai développé pendant ma thèse les notions d’espace mental de la recherche des doctorant.e.s et de rapport identitaire et culturel aux sciences. Ces notions entrent en résonance avec les notions développées par Caroline dans son billet, c’est à dire avec l’approche ergologique et les travaux menés par Louis Durrive. Il me paraît très intéressant d’explorer les articulations entre l’analyse de l’activité et celle des pratiques de communication, notamment par la perspective de l’inscription.

 « toute activité humaine est une rencontre entre les normes «déjà là» d’un milieu de vie donné, celles que l’être humain rencontre quand il arrive dans ce milieu (que l’ergologie appelle normes antécédentes car elles sont antérieures à l’agir) et les normes propres d’une personne singulière. »


“Cette rencontre produit des débats de normes , débats qui résultent de la confrontation de l’être humain avec le milieu dans lequel il est plongé et de l’obligation qu’il lui est faite de gérer cette rencontre; puisqu’il est impossible de prescrire et anticiper l’activité d’un être humain comme on programmerait une machine et qu’il est tout aussi invivable pour l’être humain de ne pas chercher à reprendre l’initiative sur les contraintes que le milieu lui impose, l’être humain vivant n’a d’autre échappatoire que d’arbitrer entre l’usage que le monde social veut faire de lui et l’usage qu’il veut faire à propos de lui même lorsqu’il agit.”

A première vue, je dirais que j’ai jusque là abordé la question de l’inscription comme “l’inscription dans le métier de chercheur” par l’intermédiaire des traces et des discours sur la pratique quotidienne, ainsi que par les descriptions et les représentations graphiques de l’activité des futurs chercheur.e.s (composites ; Le Marec, 2002).

J’ai également abordé la question de l’inscription “dans le métier” par des positionnements dit de “choix forcé” entre deux discours sur la pratique.

L’inscription comporte une dimension linguistique liées aux “bons mots” qui permettent de dire ce que signifie “être chercheur.e”. Les doctorant.e.s s’inscrivent dans une langue, des mots, des discours et des prédiscours (Paveau, 2006), des normes et des valeurs, un rapport à la pratique.

Références :
 
Mélodie Faury, « Parcours de chercheurs. De la pratique de recherche à un discours sur la science : quel rapport identitaire et culturel aux sciences ? », Thèse, Ecole normale supérieure de lyon, 2012. En ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00744210/document.
 
Michel Foucault, L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969.
Joëlle Le Marec, Ce que le « terrain » fait aux concepts : Vers une théorie des composites, Habilitation à diriger des recherches, Université Paris 7, 2002. En ligne : http://sciences-medias.ens-lyon.fr/scs/IMG/pdf/HDR_Le_Marec.pdf
 
Marielle Macé, Styles. Une critique de nos formes de vie, Paris, Gallimard, 2016.
 
Marie-Anne Paveau, Les prédiscours, Sens, mémoire, cognition. Paris : Presses Sorbonne nouvelle, 2006
 
Crédit photographique :

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.