Corps et milieu: un double mouvement d’inscription dans l’activité

Billet Caroline Calba

Corps et milieu: un double mouvement d’inscription dans l’activité

Parmi les différentes acceptions de la notion d’inscription, nous retiendrons pour cette note l’acception de l’inscription en tant que résultat de l’action d’inscrire (au figuratif) c’est à dire « laisser une empreinte indélébile (dans l’esprit, la mémoire) » (CNRTL). Ce qui est laissé c’est une marque, une trace. Le sens usuel de l’empreinte est « une marque durable, profonde au caractère distinctif  laissée par le passage de quelqu’un ou de quelque chose» ou encore « une trace naturelle laissée par un contact » (larousse.fr). Un détour par l’étymologie et l’histoire du terme « trace » , détour proposé par Serres (2002), nous apprend que « Le sens figuré de l’empreinte apparaît peu après, vers 1190, avec la notion de « manière d’agir », qui deviendra « l’exemple à suivre » en 1530 (donnant lieu à l’expression « marcher sur les traces de quelqu’un »).

Cette forme d’inscription qu’est la trace au sens d’empreinte et de « manière d’agir », nous parait opératoire pour porter un regard «ergologique» sur l’activité humaine (notre objet de recherche) et pourrait ouvrir des perspectives de questionnement particulièrement intéressantes et stimulantes dans le cadre d’une recherche en cours sur une analyse de l’activité d’étudiants usagers d’un dispositif d’apprentissage des langues appelé Centres de Ressources de Langues à l’université de Strasbourg pour mieux saisir l’activité des usagers par rapport aux normes du dispositif. 

Dans notre cadre théorique, nous définissons l’activité selon le paradigme ergologique, paradigme « puissamment éclairant » (Roth, 2009) pour comprendre l’activité humaine et qui postule que toute activité humaine est une rencontre entre les normes «déjà là» d’un milieu de vie donné, celles que l’être humain rencontre quand il arrive dans ce milieu (que l’ergologie appelle normes antécédentes car elles sont antérieures à l’agir) et les normes propres d’une personne singulière. Cette rencontre produit des débats de normes , débats qui résultent de la confrontation de l’être humain avec le milieu dans lequel il est plongé et de l’obligation qu’il lui est faite de gérer cette rencontre; puisqu’il est impossible de prescrire et anticiper l’activité d’un être humain comme on programmerait une machine et qu’il est tout aussi invivable pour l’être humain de ne pas chercher à reprendre l’initiative sur les contraintes que le milieu lui impose, l’être humain vivant n’a d’autre échappatoire que d’arbitrer entre l’usage que le monde social veut faire de lui et l’usage qu’il veut faire à propos de lui-même lorsqu’il agit. 

Cet arbitrage, irréductible résultat de sa rencontre avec un milieu fait d’exigences, d’aspérités , de contraintes et de variabilité, le milieu est « infidèle » selon l’expression de Canguilhem, c’est vivre . 

Vivre est cet effort sans cesse renouvelé de ne pas subir le milieu dans lequel l’être humain est projeté pour non seulement lui résister mais faire de ses contraintes et aspérités des appuis pour le re configurer et le rendre vivable car « le propre du vivant, c’est de se faire son milieu, de se composer son milieu, entre le vivant et le milieu, le rapport s’établit comme un débat où le vivant apporte ses propres normes d’appréciation des situations, où il domine le milieu et se l’accommode» (Canguilhem, 1952).

Cette rencontre des normes du milieu et des normes que l’être humain porte en lui en arrivant dans ce milieu, l’être humain la vit comme une épreuve de soi (Durrive, 2009). En cherchant à recentrer le milieu autour de lui pour rester «sujet de ses normes» (Canguilhem,1943) il renonce à abdiquer sa propre puissance d’agir et exerce sa normativité (Durrive, 2009). Cet arbitrage, qui oblige à faire sienne (actualiser et personnaliser) la norme qui auparavant était antécédente et anonyme suppose d’entrer en débat avec elle pour en réévaluer la valeur à partir de son point de vue et se choisir des raisons d’agir, des exigences pour lui-même, des manières d’être, de faire et d’agir pour l’usage qu’il est prêt à faire de lui-même. Ce retraitement de la norme ou sa renormalisation est piloté par un point de vue polarisé en valeur, un choix ne se fait jamais sans critères, c’est-à-dire sans valeurs qui orientent ce choix (Roth, 2009). 

Le creuset de ces épreuves de soi, de ces « dramatiques d’usage de soi » (Schwartz, 2000) est ce que l’ergologie appelle le corps soi, à la fois corps biologique et point d’emprise spirituelle des valeurs du vivre humain (Schwartz, 2000). Le corps soi « enregistre en soi l’histoire propre de ces rencontres », il est « histoire, histoire comme mémoire sédimentée, organisée dans la myriade des circuits de la personne ; mais aussi histoire comme matrice, énergie productrice d’inédit » (Schwartz, 2000). Le corps soi désigne dans le dispositif ergologique, tous les éléments inscrits dans la personne en activité (Dinvaut, 2011). Pour Schwartz, lors de cette rencontre avec le milieu «les normes antécédentes sont ré interprétées, réajustées à chaque personne et à la situation présente, ce qui suppose un mouvement d’inscription du milieu en soi, et de soi-même dans le milieu » (2009).

C’est dans ce double mouvement d’inscription que se déploie l’activité humaine à partir du corps soi comme matrice de cette activité, ce que Schwartz appelle «la dynamique historique des interactions » (2009). 

L’inscription en tant qu’ « empreinte laissée de manière indélébile » peut alors être vue comme une condition à l’activité. C’est parce que le milieu dans lequel nous sommes nous apparait comme toujours rempli de l’histoire (de ces traces des renormalisations comme autant de « manières d’agir » ) de tous ceux qui ont participé à le créer , que nous n’avons pas d’autre choix que de le vivre à la fois comme lieu de contraintes qui cherchent à s’imposer mais aussi comme terrain de nos opportunités où notre normativité fait déborder de ces prévisions anticipatrices notre puissance à fabriquer de l’inédit à travers nos propres renormalisations. 

Celles ci seront à leur tour inscrites, laissées, présentes pour ceux qui auront à agir (et donc choisir) et qui fabriqueront à leur tour une histoire inédite qui imprimera un milieu qui déjà n’est plus le même. Cette « inscription de l’histoire humaine dans la vie » (Schwartz, 2012) inscription que d’autres ont laissée s’offre à nous comme une contrainte que nos revendications d’initiative d’êtres refusant la passivité transformeront en une autre histoire qui s’inscrira dans la vie. 

Re configuré, notre milieu de vie portera l’empreinte de notre activité. D’autres essais de renormalisations seront opérés par d’autres qui continueront d’y inscrire leur histoire (c’est à dire leurs resingularisations). Puisqu’il est impossible de fidéliser le milieu et qu’ aucune normalisation ne peut prétendre à anticiper toute sa variabilité, les êtres humains doivent sans jamais pouvoir se dérober à cette réalité « se proposer des normes d’intervention sur leur milieu de vie » (Schwartz, 2000) et ainsi façonner le milieu pour autant qu’ils le peuvent en fonction de ce qui fait valeur de leur point de vue pour l’usage qu’ils entendent faire d’eux-mêmes.

La question de l’inscription nous apparait centrale et point de départ fécond d’une réflexion sur le concept d’activité pour comprendre et décrire ce mouvement entre le corps et le milieu et comprendre en quoi le corps soi est « histoire » (Schwartz, 2009) et fabricateur d’histoire. Mais il nous semble aussi que rien ne pourrait advenir dans l’activité humaine sans ce qui a été préalablement inscrit, sédimenté et imprimé à la fois en chacun de nous et dans notre monde social par nous. Cette inscription de l’histoire qui fait du corps un corps « historique » a été évoquée par Wisner (1985) et Schwartz (2000) à propos de Sombo, ouvrier soutireur dans une brasserie de Bangui. Wisner s’interroge sur les compétences de Sombo capable de piloter avec succès une installation d’un modèle inédit pour lui « dans un climat et des conditions d’exécution très en écart avec les normes européennes de conception de l’installation » et se demande « si la pratique de la chasse et de la pêche au cours de l’enfance et de l’adolescence n’a pas préparé Sombo à la surveillance d’un dispositif automatisé ».La capacité de Sombo à gérer les complexités de la tâche interroge sur les sources dans lesquelles il puise pour faire face . Pour Schwartz , c’est dans  « des  héritages immémoriaux »  que Sombo tire le moyen de réinventer un agir efficace et re singulariser des éléments d’une mémoire universelle inscrite en lui. « L’activité, les débats de normes, liés à de tels choix de vie, ont donc partiellement « enhistoricisé » le corps de Sombo {… } C’est donc avec cette histoire inscrite dans son corps qu’il va traiter l’impossible, re singularisant ainsi la dimension universelle du génie industrieux humain, donnant à sa compétence cette figure semblable à aucune autre.» (Schwartz,2000) Pour Alvarez (2002) citant Schwartz, les normes antécédentes doivent être analysées en tant que constructions historiques, leur dimension prescrite étant le résultat d’un patrimoine conceptuel, scientifique et culturel car elles contiennent «des acquis de l’intelligence et de l’expérience collective – donc plus ou moins reçus comme bien de tous» (1995).

Sans ces traces qui s’impriment en nous et autour de nous (en ceux avec qui nous interagissons) et celles que nous projetons sur le monde en le recréant sans cesse dans nos essais de renormalisation , le concept d’activité en tant que dialogue avec un « déjà là » et en tant que fabrique d’histoire qui s’inscrit dans un moment présent, n’aurait pas la même force ni la même vitalité.

Si le corps et le milieu se rencontrent «dans une association mutuellement générative» (Schwartz, 2009) pour produire de l’activité et donc de l’histoire, c’est peut être à la seule condition qu’il y ait un débat entre les normes inscrites dans l’histoire de chacun de nous et celles des autres, inscrites dans la normativité sociale . (Schwartz, Durrive, 2003)

Les questions qui découlent de cette réflexion sont les suivantes:

Quelle est la place de l’ « inscription » dans l’activité humaine? Comment les traces ou « manières d’agir » du monde dans lequel nous sommes (et qui sont autant d’exigences que nous avons à affronter et à dépasser) sont vécues dans l’activité?

Qu’est-ce que l’on inscrit dans le milieu lorsque nos renormalisations le re configurent et qu’est-ce qui s’inscrit en soi lorsque l’on est en activité? 

Comment s’opère l’inscription de soi dans le milieu dans le moment de l’adhérence, cet ancrage dans la dimension locale du moment présent? 

Que pouvons nous apprendre de la dialectique corps soi- milieu pour mieux comprendre l’activité au niveau du re travail de ce qui est inscrit dans notre patrimoine social?

Alvarez, Denise., Le dialogue entre l’ergonomie et l’ergologie : Normes antécédentes …https://ergonomie-self.org/…/congres-self-2002-aix-alvarez-telles-dialogue-ergonomie…

Canguilhem, G., La connaissance de la vie, Hachette, 1952, rééd. Vrin, 1998.

Canguilhem, G., (Essai sur quelques problèmes concernant le normal et le pathologique (1943), réédité sous le titre Le Normal et le pathologique.

Canguilhem, G., (À propos d’un livre récent de Georges Friedmann.) in Les Cahiers de Sociologie. Seuil Vol III 1947.

Dinvaut, A., Propositions pour une didactique ergologique des langues, Synergies Pays Riverains du Mékong n°3 – 2011 pp. 153-162

Durrive, L., Schwartz, Y. (2009). L’activité en dialogues. Entretiens sur l’activité humaine (II) suivi de : Manifeste pour un ergo-engagement.

Roth, X., Georges Canguilhem et l’unité de l’expérience, Juger et agir, 1926-1939, sous la direction de Mathieu Marion et de Yves Schwartz .- Aix-Marseille 1 (2010)

Schwartz, Y.,1995, «De lʼinconfort intellectuel ou : comment penser les activités humaines». In : Le paradigme ergologique ou un métier de philosophe, 2000, Toulouse, Octarès Editions.

Yves Schwartz, Louis Durrive (Dirs.), Travail et Ergologie : entretiens sur l’activité humaine, Toulouse, Octarès Éditions, 2003

Yves Schwartz, Eliza Echternacht, LE CORPS-SOI DANS LES MILIEUX DE TRAVAIL : COMMENT SE SPÉCIFIE SA COMPÉTENCE À VIVRE ? Dilecta | « Corps »2009/1 n° 6 | pages 31 à 37

SCHWARTZ, Y., 2000, Le Paradigme ergologique ou un métier de philosophie, Toulouse, Octarès

Schwartz, Y., LES DEUX PARADOXES D’ALAIN WISNER. ANTHROPOTECHNOLOGIE ET ERGOLOGIE ,Ergologia, n° 8, Décembre 2012, pp. 131-181. 

Alexandre Serres. Quelle(s) problématique(s) de la trace?. Texte d’une communication prononcée lors du séminaire du CERCOR (actuellement CERSIC), le 13 déce.. 2002. <sic_00001397>

Wisner A.,1985, Quand voyagent les usines, Essai d’anthropologie, Paris, Éditions Syros.



Citer ce billet
carolinecalba (2018, 17 août). Corps et milieu: un double mouvement d’inscription dans l’activité. Villa Scriptum - Faire exister une métaphore. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qd3h

carolinecalba

Je suis professeur agrégé d'anglais à l'Université de Strasbourg et responsable d'un Centre de Ressources de Langues (Pôle Langues pour Spécialistes d'Autres Disciplines). Je suis également doctorante en Sciences de l'Education. Ma recherche doctorale porte sur une analyse de l'activité des étudiants en Centres de ressources de Langues (CRL) en tant que dialogue avec les normes telle qu’elle a été théorisée par la démarche ergologique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search