Billet Stéphane Guillon

La notion d’inscription m’est tout de suite apparue dans sa double acception de ce qui est écrit pour être conservé (la devise républicaine est inscrite aux frontons des mairies pour ne pas être oubliée) mais également comme immatriculation dans un registre (les étudiants s’inscrivent pour avoir le droit de passer les épreuves qui donneront éventuellement accès à la diplomation). Dans mon activité de chercheur, je pourrais trouver un intérêt à introduire cette notion dans mon appareillage conceptuel si l’on questionne l’effort cognitif dans la récupération des traces mnésiques (Croisile, 2009) de l’activité professionnelle et la mise en mots, par exemple pour la démarche VAE ou plus simplement pour la réalisation d’un curriculum vitae, dans la narration de soi qui peut être ressentie comme une épreuve ou une « mise à l’épreuve » (Danvers, 2014) dans un espace social classant : le système éducatif, le monde économique.

La nécessité pour l’individu d’inscrire les traces de son parcours professionnel, de son niveau de qualification, de son portefeuilles de compétences, de ses performances par le biais de certifications et de s’inscrire dans une démarche de diplomation, de compétition, de classement peut renvoyer par exemple à la théorie du signalement (Spence, 1973) qui pose la question de la force des signaux dans les mécanismes d’allocation de la main d’œuvre sur les différents marchés du travail mais qui pose aussi la question du poids des acteurs liés aux fonctions de conseil, d’accompagnement, d’évaluation et de certification.

Je formule alors plusieurs questions :

Comment outiller l’individu pour qu’il soit en mesure tout au long de la vie de récupérer les traces (travail sur la mémoire épisodique) de ses différentes expériences professionnelles, d’identifier ce qui doit être inscrit (et qualifié) et ce qui ne doit pas l’être (déqualifié) ?

Quels dispositifs de conseil, d’accompagnement, de formation, de coaching pourraient permettre d’inscrire l’individu dans une démarche de reconnaissance et de valorisation des traces utiles à son projet ?

Comment évaluer la véracité des traces inscrites par l’individu, des traces qui peuvent n’être que du discours ou de l’imaginaire ? Comment rendre possibles la qualification voire la certification a posteriori en dehors de l’analyse d’un discours et d’un rapprochement avec des référentiels ?

Les traces inscrites sont-elles des preuves ?

En résumé, l’individu s’inscrit dans une démarche de production de traces pour rendre visibles certains signaux favorables à l’amélioration de son positionnement dans différents espaces sociaux. Mais il est en déficit d’informations concernant le choix des traces à produire, la manière dont il doit exprimer ces traces et le processus de transformation des traces en signaux.

Croisile B. (2009). Tout sur la mémoire. Paris : Odile Jacob.

Danvers F. (2014). « L’injonction biographique dans la VAE : Considérations autour de la mise à l’épreuve de soi comme acte de formation. » In I. Houot (dir.). Expression et certification des acquis de l’expérience : bilan et perspective. Recherches et Éducations 10, p. 47-60.

Spence M. (1973). “Job Market Signaling.” The Quarterly Journal of Economics, Vol. 87, N° 3, p. 355-374.



Citer ce billet
stephaneguillon (2018, 6 juillet). Billet Stéphane Guillon. Villa Scriptum - Faire exister une métaphore. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qd3g

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search